[ histoire érotique ] [ site dialogue sexe ]

http://teldesalopes.salon-sexy.com

TELEPHONE DE SALOPES
Sexy Board
Blog express
Messages audio
Video Blog
Flux RSS

TELEPHONE DE SALOPES

Salon-Sexy-Blog de teldesalopes
  • 2 articles publiés
  • 1 commentaire posté
  • 2 visiteurs aujourd'hui
  • 1 visiteur connecté actuellement

  • Créé le : 08/07/2010 12:31
    Modifié : 08/07/2010 20:03

    Fille (42 ans)
    Origine : marseille
    Contact
    Favori
    Faire connaître ce blog
    Nouveau : Newsletter de ce blog !

     Novembre  2017 
    Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
    300102030405
    06070809101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930010203
    Telephone ROSE L'AMOUR AU TELEPHONE 08 99 191 121
    (08/07 19:50)



    Messages instantanés
    (Tag-Board)
    salut (08/07/2010 20:04) coucou le jeune tu va bien bebe

    le jeune (08/07/2010 19:51) salu ptite cokinete

    sandra (08/07/2010 19:41) salut les males en chaleur je suis tres cochone et j"ai tre envie de vous


    Pseudo :
    Message :


    Je lui ai demandé de me dominer
    J’étais un étudiant en deuxième année à l’université lorsque c’est arrivé. J’avais une classe de littérature anglaise de classe qui était requise pour l’obtention du diplôme et ce fut horrible de toute manière. Je détestais tout ce que nous avons eu à lire, mais je faisais toujours du bon travail, à mon avis. Malheureusement, le professeur ne partageait pas beaucoup mon avis et me donnait toujours une note très faible sur mes papiers alors que je ne pensais que j’avais obtenu plus. J’ai attendu après la classe pour lui parler, et une fois tout le monde était parti, il a attiré mon attention depuis l’avant de la pièce et me fit signe d’avancer.

    J’ai senti un frisson de la strie d’alarme à travers moi, mais je l’ignorais. Il n’y avait aucune raison d’être nerveux, c’était juste mon professeur de littérature. Il était dans à la fin de ses quarantaines, puissantes et musclées. Il devait faire du sport, pensai-je. Je n’étais pas sûr, mais tout ce qu’il faisait, il avait l’air trop fort, trop vital à enseigner à une classe. Ses yeux étaient intenses comme je m’approchai de lui, et j’ai dû avaler avant de parler. Je lui ai dit que j’avais besoin d’élever ma note, et lui a demandé à des leçons particulières. Ces yeux énervants dérivaient lentement, insolemment sur mon corps. «Vous allez devoir faire énormément pour soulever votre note. Beaucoup, en effet ». Il sourit doucement, me regardant dans les yeux. J’avalais ma salive encore une fois, tout à coup sûr que je savais exactement ce qu’il voulait dire. «Si vous êtes … prêts à faire ce qu’il faut, venez chez moi samedi matin. » Je savais ce qu’il voulait dire, et jamais dans un million d’années je n’aurais fait cela pour une année scolaire. Mais je me suis trouvé à accepter son offre, en prenant son adresse.

    Samedi matin, j’étais à sa porte, vêtue d’un jean et un T-shirt blanc. Il ouvrit la porte et me sourit, me tenant avec son regard. Il ne dit rien, mais m’a conduit à l’intérieur et fait signe de m’asseoir sur le canapé. Il était assis à l’autre bout du canapé, à l’évidence très confortable, et m’a regardé en silence. «Alors, qu’allons-nous faire? » J’ai demandé, embarrassant essouffler, en espérant qu’il avait retiré les manuels d’étude, mais j’avais complètement tort. « Je ne pense pas que cela soit vraiment la question. » Sa voix était d’autant plus profonde, plus convaincante qu’elle ne l’était en classe. « La question est, pourquoi es-tu venu? » « Euh, ma note? » Il attendait, évidemment insatisfait. «Je vois que vous ne voulez toujours pas me dire la vérité pour le moment. Enlève ton haut ». M’a-t-il dit. En dépit de mes espérances, je suis resté bouche bée. Il m’a giflé, me choqua davantage. « Enlève ton haut. Je ne vais pas me répéter. « J’eus soudain peur, et je me suis hâté de faire ce qu’il m’a dit, ôtant mon haut, dévoilant un soutien-gorge noir en dentelle.

    « Maintenant, mets tes mains derrière ton dos. » Je l’ai fait, et il a tiré une corde de sa poche et les a attachés ensemble. J’ai eu du mal quand j’ai vu ce qu’il voulait faire, mais il m’a subjugué facilement, me surprendre avec sa force. Quand il eut fini, il s’assit et apprécié la vue, j’étais torse nu et relié, à la poitrine haletante alors que j’étais assis sur le canapé, à le regarder avec méfiance. Être lié, m’excité mais j’avais toujours peur, mais je me rappelais tout à coup de tous mes fantasmes d’être lié, fessés, fouettée. «Maintenant, peut-être que tu pourrais me dire la vérité. Pourquoi es-tu venu? » J’ai regardé vers le bas, et a voulu mentir, mais je me suis entendu dire : «Pour être dominé. » Je ne l’avais même pas avoué à moi-même. «Est-ce que tu veux de moi? » J’ai hoché la tête. Je pouvais entendre son triomphe et son sourire dans la voix. «Je pense que tu as constaté que je suis prêt à tout te donner tout ce que vous voulez. Mais tu dois me le demander. Et tu dois être obéissant. Ceci est ton premier test. « Il me tendit quelques vêtements et me détacha la main. «Mets ses vêtements. Si tu les mets, tu aurais alors accepté de te soumettre à tout ce que je te demande. Après cela, tu n’auras aucune chance de refuser. »

    Je ne pouvais pas le regarder, mais j’ai pris les vêtements et me rendit à l’autre salle, croyant à peine ce que je faisais. Être attaché en admettant ce que je voulais me faisait tellement exciter, je pensais à peine du choix comme j’ai mis les vêtements. Un corset de dentelle rouge qui a poussé mes gros seins en place, une paire de culottes appariement, jarretières, bas, jupe plissée et chemisier. Je suis sorti de la salle, timide encore.

    Il a saisi mes bras et les attachées derrière mon dos à nouveau. Il m’a poussé vers le bas sur le canapé. J’ai remarqué avec inquiétude des instruments ont été réparti sur la table basse. Fouets, une lanière de cuir, ceintures, cordes, bandeaux, et autres choses que je ne connaissais pas. J’étais couché inconfortablement sur mes poignets liés, et il les a attachés à mes pieds, mes chevilles d’arrimage ensemble. Dans cette position, mes genoux étaient pliés et j’ai dû faire un effort pour appuyer sur mes jambes ensemble. Il déboutonna mon chemisier et délacer mon corset, laissant mes seins dégringoler. «Veux-tu que je te fouette les seins? » Il m’a demandé. Je gémis de peur, et pourtant si excité. Il prit un bracelet en cuir et a commencé à les fouetter, à la légère au début, à travers les tétons, me faisant gémir de plaisir. Il a ensuite commencé à fouetter plus fort, attraper le dessous de mes seins, qui sillonnent mon ventre. Il a alterné les coups, je me suis retrouvé sans cesse gémissant, tordant mon corps sous ses coups. Trop tôt, il a cessé et glissa une main entre mes jambes. Sous ma petite culotte, son doigt cerclait autour de mon clito humide et j’ai résisté sous ses mains, excité par le contact de cet inconnu qui a pris le contrôle de mon corps.

    «Que veux-tu ? Cela va être une partie de long de plaisir, et je veux que tu choisisses la prochaine étape à venir. « Mon esprit était plein de toutes sortes de fantasmes, mais j’ai choisi le plus simple. « Donnez-moi une fessée. » Je lui ai dit. Il semblait savoir ce que je voulais, même si les variations ont toutes joué dans ma tête. Il me détacha de nouveau, et s’assit. «Enlève ta chemise et mets-toi sur mes genoux. » J’ai enlevé ma chemise, mes seins débordent le haut de mon corset délacé et couché en travers de ses fortes jambes, sentant un frisson à la soumission implicite à l’action. Je grimaçais un peu comme la chair de brûlure sur mes seins est entrée en contact avec ses genoux. Il plia ma jupe et a commencé à tirer lentement ma culotte. Je l’ai imaginé en regardant mes fesses nues pour la première fois et avait mal avant même qu’il me donnait la fessée et à piquer ma chair endolorie. Il a quitté ma culotte juste en dessous de mes fesses, me faisant sentir encore plus exposés. Il s’est arrêté et m’a attaché les mains ensemble, comme ils descendaient en face de moi. «Ne cherche pas à te relever avant que je te le dise, ou je vais te punir », a-t-il promis. Il a tiré à part mes fesses et me regarda, courir un doigt dans ma fente jusqu’à ce qu’il me touche ma chatte trempée. Je suis sursauté à l’intrusion.

    « Je peux te regarder de cette façon chaque fois que je veux maintenant. » Il m’a dit. » Et pas juste aujourd’hui. » J’ai le dit. J’étais tellement excitée, que je ne pouvais pas protester. Il a tiré ma culotte, laissant mes fesses nues encadrées par mes bas et les jarretières. Il se mit brusquement à me donner une fessée, dure et rapide, puis ralentir, en alternant les joues. Je n’avais pas tout fait repris mon souffle au premier abord, qu’il continuait à me donner la fessée de ma vie. Puis il s’arrêta, attendant que la douleur de se calmer. Ça faisait mal, mais après un moment, je voulais plus, je ne voulais pas qu’il s’arrête. Sa main levée et j’attendais, guettant le coup. Il attendait toujours, alors, il me donna une autre fessée qui rebondissait dans mon dos.
      histoire érotique

    Dernier article (08/07/2010 19:49)
    hisoire sm
      site dialogue sexe

    Telephone ROSE L'AMOUR AU TELEPHONE   08 99 191 121 Dernier article (08/07/2010 20:03)
    Telephone ROSE L'AMOUR AU TELEPHONE 08 99 191 121

    Tous les articles


    Contact Admin (Signaler abus) ]

    © Salon Sexy Blog
    blog sexe amateur, blog sexe gratuit, blog adulte, blog echangiste, blog gay, blog lesbienne,
    blog sexy, blog soft, blog trans, blog travesti, blog couple, blog Fetish, blog gros seins, blog naturiste,
    blog ronde...
    Créez votre blog gratuitement c'est ici